Au pays d’Aragon…

Par les temps de pandémie mondiale, les idées de voir ailleurs, c’est aussi se lever un matin en chantant « Au pays d’Aragon, il y avait une fille qui aimait les glaces au citron et vanille.. » (Boby Lapointe, troubadour des années 60 pour les ignorants, dont je vous invite à découvrir ses textes pleins de finesses et de poésie) , se déhancher façon Bourvil dans la tactique du Gendarme (ce n’est pas donné à tout le monde cette magnifique grâce) , monter dans un carrosse à moteur, chargé de son matériel photo, un sac de couchage , une tente au cas où.

Partir sans but bien défini, mais tout en ayant une idée vague de ce que l’on veut faire, ne pas savoir le matin où dormir le soir même, tel était le concept de départ.

Après un arrêt obligatoire chez les amis de Saint Pierre d’Irube au pays Basque, quelques conseils avisés de la maitresse de maison sur des spots sympathiques sur la route , direction la Navarre et Pampelune. Premier constat (ou rappel) , l’ibérique, diront nous, peut avoir une conduite erratique. Après un (rapide) reset des différentes limitations de vitesse espagnoles (on se plaint en France de ne pas savoir à quelle vitesse rouler, mais nos amis ibères ne sont pas mal non plus) , des marquages aux sol des voies de circulations, le mode « cruise » rentre en action.

Une fois passée cette ville, le paysage s’ouvre sur le magnifique aqueduc de Noàin. Contrairement à ce qu’elles pourraient laisser penser , ces 97 arches ne sont pas romaines , mais du 18eme siècle , dont 3 en moins pour pouvoir laisser passer l’autoroute (magnifique gestion du patrimoine historique bien sur!?) , le TGV local passant sans problème sous ces derniers.

Olite

Un petit château sympa en pleine ville dont on m’a loué les vertus… mais Paf el perro !! ( Paf le chien , pour les non hispanophiles) , rubalises de tous les côtés, scène de cohue autour des remparts, du matériel d’éclairage plein les rues, aucun doute une série télé-novela se tourne à ce moment-là. Rajouté à cela le touriste belge qui arrive en voiture, se gare juste devant ton boitier photo pendant une pause longue, la décision est vite prise de continuer l’itinérance au sud vers Tudela, point de chute trouvé pour la soirée.

Et pour finir cette première journée, la petite rengaine qui reste bien dans la tête…( un jour , vous me remercierez).

Categories: Non classé

Laisser un commentaire