La Ruta Orwell

Quel est la rapport entre « 1984 » et la guerre civile espagnole de 1936 …? la réponse est dans le titre.

Passionné par l’Espagne et notamment cette période , j’avoue honteusement que cet épisode m’avait échappé. Bercé par les récits d’Ernest Hemingway, j’ai occulté que d’autres écrivains célèbres avaient participé à ces affrontements, notamment dans la Sierra d’Alcubierre, au niveau du col, au point de vue las Tres Huegas.

En rejoignant les miliciens du POUM (à l’époque ce n’était pas encore un des 3 frères d’une célèbre BD des années 70, Pim Pam Poum…seuls les vieux (du 20eme siècle) sachons, mais plutôt le Parti Ouvrier d’Unification Marxiste), Georges Orwell (puisque c’est de lui qu’il s’agit) s’engage dans une guerre contre les Franquistes où la différence entre le nationalisme et le patriotisme semble encore de nos jours assez ténue dans la région. Cela n’engage que moi, mais je me suis posé la question tout le long de mon périple dans ces terres en lisant certains panneaux explicatifs.

Pour l’anecdote, en haut de la position de Saint Simon , à quelques encablures des tranchées de la Ruta Orwell, se trouve un monument à la gloire de la chute d’une centaine de personnes sur ce front (républicain, mais récupéré politiquement par les franquistes!!??)…

Seul présent sur le site à ce moment là, mon œil est attiré et mon esprit intrigué par les quelques graphes au pied du monument, le temps de faire quelques clichés, je vois un gros 4×4 arriver en trombe et se garer face à ma voiture en bas de la colline menant au monument. Je comprends rapidement qu’il est temps de descendre. Le temps d’exprimer dans mon auvergnato-espagnol que je suis photographe, touriste et « que pasa por la calle?  » (un très bon souvenir d’une chanson de la Mano Negra, on se rattrape à ce qu’on peut quand on n’est pas trop serein), je comprends vite que les 2 jeunes sortis du tout -terrain sont à la recherche de ceux qui ont « salis » LEUR monument. Après m’avoir demandé si j’avais vu quelqu’un sur le site, mon interlocuteur redescend en pression et me conseille d’autres lieux pour aller faire des photos , notamment celui d’un bunker, plus bas dans la plaine, à Lanaja (qui s’avérera quelconque) .

Même si l’épisode semble anecdotique, elle n’en a pas été pour autant excitante, un instant, me croyant au milieu de ces journalistes, écrivains et photographes pour certains, Hemingway, Malraux ou encore Capa, tous devenus des références aussi, entre temps, pendant la guerre civile.

Le bunker de Lanaja :

Categories: Non classé

Laisser un commentaire